enfant africains heureux joyeux

ASSOCIATION FIVE HEARTS

logo asso Five Heart

Five Hearts est une association à but non lucratif laïque, apolitique et militante, défendant les valeurs de solidarité et d’égalité.

Son objectif est de venir en aide aux enfants les plus défavorisés du Togo en contribuant à leur éducation.

L’association parraine des jeunes en prenant en charge leurs frais de scolarité jusqu’à l’obtention de leur baccalauréat et en organisant chaque été un camp proposant des activités éducatives, sportives et un suivi médical.

Nos principaux objectifs sont de:

  • Contribuer à l’éducation de base
  • Lutter contre le travail des enfants
  • Œuvrer pour la mise en place de structures péri scolaires
  • Sensibiliser à l’hygiène et aux relations amoureuses  (VIH-SIDA, paludisme, microbes…)
  • Favoriser l’amélioration des conditions sanitaires

Five Hearts recrute !

Wydad El Argoubi, étudiante à Sup Career, est bénévole pour cette association. Elle est très impliquée et recherche régulièrement des volontaires, qui comme elle, voudrait s’investir pour les enfants du Togo.

Du 4 au 25 août 2018, un nouveau camp humanitaire d’été au Togo aura lieu à LOME et à NIAMTOUGOU.

Un camp se déroule comme suit :

– Matin : soutien scolaire auprès des 133 parrainés (6 à 20 ans) en anglais, mathématiques ou français

– Après-midi : sports, jeux ludiques, apprentissage des premiers secours… (toute autre initiative est la bienvenue !)

Et comme chaque année l’ONG FIVE HEARTS  recherche entre 8 et 11 volontaires pour ce voyage de 3 semaines.

Pour cela tout au long de l’année nous organisons des évènements pour collecter des dons. Nous sommes bien entendu ouvert afin de créer ou de participer à des évènements.

Toutes les personnes souhaitant se joindre à nous pour nous aider sont les bienvenues. Et comme pour l’association Espoir, être bénévole vous donne des points Sup K+ !

Voyage Humanitaire 2018 5 heart

En savoir plus

–      www.fivehearts.fr

–     Youtube  I   Facebook 

David, un bénévole, nous raconte son expérience au Togo :

Avant de partir au Togo avec Five Hearts, j’envisageais ce voyage comme les 2 faces d’une pièce…

“Côté pile”, du positif un peu personnel : Bah, oui… Il faut bien avouer que, quelque part au fond de nous, on a tous envie de faire un truc de bien… C’est d’ailleurs souvent égoïste… Parfois quand on donne 5€ à un SDF, on se demande si on n’est pas plus heureux de l’avoir fait que lui de l’avoir reçu… quand on se lève pour laisser sa place dans un bus, quand on aide un aveugle à traverser la route ou bien qu’on offre 2 heures de soutien scolaire à un gamin de cité… il ne faut pas le nier, une petite part de nous se sent fier de l’action menée…

“Côté face”, la culpabilité d’être chanceux : Parce qu’il faut aussi reconnaître, qu’il subsiste toujours ce sentiment profondément désagréable d’inéquité social ou physique… 5€ ne sauveront pas la vie du SDF, un siège abandonné, une route traversée ou 2 heures de cours ne modifient pas la donne et ne change fondamentalement pas nos destinés : On est privilégié qu’on le veuille ou non !

Privilégié car personnellement contrairement à ces enfants que je m’apprêtais à rencontrer, mes 2 parents sont encore en vie, je prends 2 repas par jour… et même 3 le week-end… plus quelques cafés en semaine ; Et même si j’aime raconter que j’ai eu une scolarité parfois mouvementée, elle était obligatoire, gratuite, sans contrepartie ! Puis dans le fond, je n’ai jamais eu à me soucier d’autre chose que de mes problèmes d’enfant.

Dans Five Hearts, c’était ces 2 côtés “pile et face” que je voyais. “Côté pile” me dire : « c’est bien Damien, tu as essayé de faire un truc sympa » mais surtout “côté face” : « Que vas-tu apporter en 2 semaines à des enfants qui n’ont rien »…

Je n’avais pas envie d’être l’Européen tranquille qui arrive avec ses convictions et de me retrouver face à la misère de ces jeunes, orphelins dans 80% des cas, qui me renverraient en pleine face l’immense injustice de notre société tout en me plaçant devant à cette montagne de culpabilité : « Pourquoi ai-je autant de tout et eux autant de rien… »

Et pourtant… Une fois arrivée au Togo, dès le premier jour, dès les premiers contacts, dès les regards et avant même les premières paroles… j’ai compris que je n’avais rien compris… ces côtés “pile et face” n’étaient que du vent… Pour ces enfants, même s’ils la vivent, la misère n’existe pas, la pauvreté ne se lit qu’au travers de nos yeux, mais eux ne s’en soucie guère… Eux, ils étaient là pour nous…

Nous pensions leur fournir matériel scolaire, livres, vêtements, chaussures, jouets et autres dons de France… Nous pensions leur donner quelques heures de notre temps en cours et en sport…

Nous avons cru que nous étions là pour améliorer leur quotidien…

Mais c’est eux qui ont amélioré le nôtre : Ils nous ont offert leurs sourires, leurs grimasses, leurs affections, leurs joies, leur bonne humeur permanente, leurs cris lorsque notre taxi s’approchait de l’école, leur attention et compréhension lorsque nous leur proposions des exercices scolaires parfois mal goupillé (hé oui… on n’est pas des profs !) et bien sûr leur gentillesse naturelle et évidente !

Le hasard ne choisit pas… on s’enorgueillit du “côté face” en pensant au bien que l’on va faire, on se désabuse du “côté pile” en se disant que ça ne sert à rien… mais on ne pense pas à la troisième solution, celle qui dit que c’est tout simplement un échange positif avec que du bonheur et surtout rien à perdre…

Nous étions arrivés des valises débordant de stylos récoltés à droite et à gauche et nous repartons à vide mais encore plus chargés qu’à l’aller, plus chargés de tout ce partage.

Pourtant Eux n’avaient qu’une chose à offrir : Leur amitié.

commentaires

commentaires