Le saviez-vous ?

Guy Laliberté n’avait que 25 ans quand il a fondé le Cirque du Soleil en 1984. Avant cette date, accordéoniste et cracheur de feu, il parcourait le Québec et l’Europe en quête de public. C’est pendant les célébrations du 450e anniversaire de la découverte du Canada à Québec qu’il a l’idée d’un événement festif qui pourrait rassembler tous les Québécois : sa troupe, “Les Échassiers de Baie-Saint-Paul“, qui réunit des jongleurs, des danseurs et des cracheurs de feu sur échasses, relèvera le défi. Le Cirque du Soleil est né !Le Cirque du Soleil en chiffres (2014) : plus de 4000 employés dans le monde, dont plus de 1300 artistes ; 100 corps de métier ; 150 millions de spectateurs depuis 1984, dont 15 millions en 2014 !

Moins d’un an après avoir obtenu un diplôme à Sup Career, Romain a été embauché par le Cirque du Soleil à Montréal. Quatre ans plus tard, il y est aujourd’hui acheteur pour cette industrie du spectacle, l’une des plus grandes au monde : le Cirque du Soleil est connu et reconnu internationalement, pour ses shows spectaculaires et partout acclamés.

Ses missions : gérer les achats multimédia (écrans, caméras, logiciels, etc.) et Food & beverage (popcorn, boissons, etc.) de plusieurs shows à l’étranger, tout en tenant compte des contraintes de temps, de qualité et de coût. Il gère un portefeuille de centaines de fournisseurs et un budget de plusieurs millions d’euros.

Une anecdote ? A 16 000 kilomètres, au milieu de la nuit pour gommer les 16h de décalage, Romain a du trouver en urgence un fournisseur de glaçons pour un show à Sydney quelques heures plus tard !

Retour sur son parcours.

Sup Career, au plus près des entreprises

Après une formation universitaire, Romain intègre Sup Career en M2 Stratégie et développement commercial et réalise son alternance à Eurodif, au poste d’acheteur junior. Il explique : « Ce que j’ai le plus apprécié à Sup Career, c’est la proximité avec le monde de l’entreprise. Mes professeurs étaient en majorité des professionnels, ils avaient des anecdotes de travail, des problématiques concrètes d’entreprise, des expériences à nous faire partager. Même les étudiants, avaient tous un regard tourné vers l’entreprise du fait de leur alternance et les travaux de groupe étaient bien plus enrichissants ! À cela s’ajoutent les nombreuses conférences métiers, les séminaires thématiques parmi lesquels la semaine Innov’Métiers, qui restera l’un de mes meilleurs souvenirs. »

Motivation et détermination : les devises de l’école

Alain Zalman, ancien professeur à Sup Career et actuel directeur de l’école, a toujours incité ses étudiants à partir et « aller voir ce qui se passe ailleurs ». Ces paroles sont un déclic pour Romain qui, dès son diplôme en poche, part à Montréal avec le Programme Vacances Travail*.

À Montréal, le diplôme ne suffit pas, la détermination, la motivation et l’expérience sont indispensables pour vivre le « Canadian dream » : avant d’être acheteur, Romain a été archiviste au Cirque du Soleil puis il a progressivement évolué au sein du Groupe.

« Si je devais donner un conseil aux étudiants qui souhaitent partir à Montréal, c’est de ne pas avoir peur de démarrer au bas de l’échelle, de faire leurs preuves et de ne pas vouloir obtenir tout, tout de suite. »

Pour Romain, sa vie est au Canada : il espère poursuivre son ascension professionnelle au sein du Cirque du Soleil, et dans quelques mois, il sera marié !

*Programme qui permet aux français de 18 à 35 ans de partir travailler au Canada pour une durée déterminée grâce à la délivrance d’un visa de travail temporaire.

commentaires

commentaires